Où et comment voyager lorsque le cauchemar du coronavirus sera passé?

espagne tourisme

Imaginez:  aujourd’hui est le premier jour après la fin du confinement de la crise du coronavirus. Finis les applaudissements à 20 heures, les actes héroïques de tant de personnes, la solidarité de presque tout le monde, la générosité de beaucoup… Les dizaines de milliers de morts, les familles détruites, les travailleurs au chômage, les entreprises ruinées, les illusions perdues… ont disparu, mais pas oubliés.

Il faudra des mois pour que tout revienne à la normale et il faudra le faire petit à petit

Et pendant ces mois d’enfermement, où les mauvaises nouvelles ont fleuri, on découvre des choses curieuses.
Des positives, comme le retour sur les plages de l’Inde, débarrassées des humains (avec 1,3 milliard de personnes en quarantaine)  de la tortue olivâtre pour y pondre plus de 60 millions d’œufs sans danger, ou le lâchage de 78 éléphants dans leur habitat naturel à Chiang Mai (Thaïlande), qui servaient à promener les touristes. D’autres sont très négatives, comme la décision du gouvernement du Turkménistan en Asie centrale d’interdire l’utilisation du terme coronavirus et l’utilisation de masques par la population, qui sera condamnée à de lourdes amendes.

Mais imaginons donc qu’aujourd’hui est le premier jour post-crise et que nous pouvons désormais embrasser notre famille, rencontrer des amis, retourner au travail, faire une promenade dans le parc, redécouvrir notre ville et aussi que nous préparer à nouveau des voyages, avec beaucoup plus d’enthousiasme qu’auparavant, avec prudence mais sans crainte. Que nous voulons redécouvrir des paysages et des villes pleins de monde, visiter des musées non virtuels, retrouver toute la beauté que le monde offre et qui depuis plusieurs mois nous est refusée.

Nous sommes ce premier jour et à quoi pouvons-nous nous attendre?

Les experts, auxquels on peut faire confiance, sont divisés par deux tendances contradictoires. Certains pensent que le tourisme va se redresser rapidement et que les voyageurs y reviendront avec enthousiasme, en profitant de tarifs aériens, de croisières et d’hôtels réduits et d’une plus grande souplesse dans les réservations. Un nouveau monde naîtra une fois le coronavirus vaincu. Et aussi un nouveau tourisme, avec des vertus humaines déjà appréciées aujourd’hui et qui incitent à l’optimisme.

D’autres pensent au contraire que le secteur sera l’un des derniers à se redresser. Les premiers disent que la pandémie mondiale de coronavirus ne fera que renforcer le secteur et pousser davantage de personnes à voyager lorsque la crise sera passée, que l’intérêt pour les voyages grandira et aidera les compagnies aériennes, les compagnies de croisière, les hôtels et les restaurants à s’animer.

D’autres experts, très crédibles puisqu’ils représentent les principales entreprises du secteur, estiment que « le secteur du tourisme a été le premier à chuter et sera le dernier à se redresser ». L’ennemi du secteur du tourisme n’est pas seulement le virus qui oblige à fermer l’activité, mais aussi la peur car, lorsque tous ces hôtels et autres activités du secteur touristique pourront rouvrir, il y aura le facteur de la peur à voyager qui est mortel pour un secteur si sensible à l’insécurité.

Ainsi le Secrétaire général de l’OMT, l’Organisation Mondiale du Tourisme, Zourab Pololikachvili, mélange la triste réalité avec un message d’espoir : « Le tourisme est le secteur qui a été le plus durement touché par le Covid-19. Nous devons apporter une réponse ferme et unie, et nous devons également intégrer l’innovation. Le secteur du tourisme a connu une décennie de croissance exponentielle ininterrompue, qui en 2019 était de 4 %, mobilisant 1,5 milliard de touristes, et représentait 7 % des exportations mondiales, occupant un emploi sur dix dans le monde. La crise provoquée par le Covid-19 aura un impact sur la chute de 75 millions d’emplois et des pertes pour l’économie mondiale de plus de 2,1 trillions de dollars, selon une étude publiée par le World Travel and Tourism Council. La pandémie mondiale de coronavirus, déclare M. Pololikashvili, est un défi que nous devons relever ensemble, et notre réponse doit être calme, cohérente et collective. Le tourisme sera là pour aider les individus et les communautés à se remettre de cette situation difficile. »

La peur du virus, qui persistera pendant des mois, ainsi que la crainte de s’éloigner de chez soi et des proches et l’utilisation des transports touristiques de masse s’ajoutente aux difficultés économiques qui touchent la majorité de la population, certains plus que d’autres.

Où partir et quand

Il n’est pas facile de prévoir quelles destinations se rétabliront en premier et où les touristes se rendront dans les mois à venir. Presque tout le monde s’accorde à dire que l’été est pratiquement perdu et que la relative normalité ne sera pas retrouvée avant septembre ou plus tard, certains pensent même que 2021 en souffrira. Nous allons voir…

Ce qui semble clair, c’est que les voyages vont se développer progressivement, entre autres parce que tous les pays ne surmonteront pas la crise en même temps. Il est fort probable que les voyages commencent par les destinations les plus proches. Par exemple, l’Espagne a beaucoup à offrir et les voyageurs espagnols, qui choisissent déjà en majorité (89 % l’année dernière) des destinations à l’intérieur du pays pour leurs voyages, le feront dans une plus large mesure cette année. Les trajets à proximité, la plupart en voiture (et il n’est pas superflu de rappeler maintenant, parmi les chiffres terribles de la pandémie, que chaque jour 3 500 personnes meurent dans des accidents de la route, chaque jour, soit  1,3 million par an) pour continuer à éviter les foules et être sûr de pouvoir revenir en cas de rechute, les espaces naturels et solitaires et les plages sans grand monde seront les plus choisis. Les endroits plus chauds seront également privilégiés car on suppose que le virus ne se reproduit pas facilement dans la chaleur. Ces voyages vont probablement commencer, et si tout va bien, en juin, s’intensifier progressivement en été et se consolider en septembre.

Les voyages à l’étranger prendront un peu plus de temps, probablement à la fin de l’année.

Si l’Europe est débarrassée du virus dans les prochains mois, les pays voisins seront les premiers à accueillir des voyageurs espagnols : Portugal, France, Italie, Grèce… Les voyages d’affaires et d’affaires, quant à eux, commenceront à décoller en novembre. Aux mêmes dates, la célébration des événements, congrès et foires qui ont été reportés en raison de la crise sanitaire reprendra également, même si leurs organisateurs seront contraints d’adopter de nombreuses mesures pour garantir la sécurité des participants. Au cours des dernières décennies, diverses crises ont frappé l’économie mondiale : alertes sanitaires, attentats, effondrements financiers… et de tout cela, le secteur des voyages d’affaires a non seulement réussi à se redresser, mais il a toujours été en hausse.

Les destinations les plus éloignées devront être laissées pour l’année prochaine. Il ne sera pas facile pour un touriste d’être encouragé à passer dix heures à l’intérieur d’un avion, avec deux cents autres passagers, même si les destinations les plus chaudes sont plus résistantes au virus et que beaucoup de ces pays n’ont pas été excessivement touchés par la crise. Malheureusement, les plus de 60 ans seront une fois de plus les plus difficiles à déplacer et certaines destinations ou hôtels peuvent imposer des restrictions parce qu’il s’agit de populations à risque.

La solidarité aussi dans le choix de la destination

Si la décision de se déplacer une fois la crise passée sera très difficile à prendre, il faut aussi que la solidarité dont nous avons fait preuve pendant les mois d’enfermement soit de mise. Nous, les voyageurs devons faire notre part pour que les destinations qui ont le plus souffert et qui doivent se remettre le plus vite possible le fassent. Voici donc quelques idées qui devraient nous faire réfléchir lors de la planification de notre prochain voyage. Il faut espérer qu’ils deviendront une tendance :

alhambra espagne

L'alhambra de Grenade en Espagne

Redécouvrir les beautés de l’Espagne. Les premiers voyages se feront sans doute dans des endroits proches de chez nous, et rien de plus proche que l’Espagne. C’est le moment de faire tranquillement le tour des 15 parcs nationaux ou des plus de 130 parcs naturels, d’admirer les 48 sites déclarés au patrimoine mondial et la centaine de cathédrales de tous styles, les 60 villages classés comme les plus beaux d’Espagne ou de s’arrêter sur les quelque 8 000 kilomètres de côtes, avec leurs magnifiques plages… Et donc, bien plus encore

Quel que soit le rythme et la destination, les voyages se poursuivront, et les voyageurs aussi. Sans hâte, sans pause, avec des précautions et des réserves, le tourisme reviendra dans nos vies et, espérons-le, ne partira plus jamais.

Hébergement dans des maisons rurales. Ils ont beaucoup souffert de la crise car ils ont peu de ressources, mais ils sont l’endroit idéal pour une première escapade : espaces libres, peu d’invités, proximité, facilités et bons prix.

Des hôtels qui ont montré leur meilleur visage. Si vous devez choisir un bon logement, en particulier dans les villes, il convient de reconnaître le mérite de certains qui ont été les premiers à offrir leurs espaces pour accueillir des personnes atteintes du virus, ce qu’on appelle l’Arche de Noé. L’Espagne compte 14 818 établissements comptant plus de 1,5 million de lits, dont 370 hôtels et logements touristiques considérés comme des services essentiels pour les travailleurs clés. Rien que dans la Communauté de Madrid, plus de 50 hôtels de plus de 10 000 lits ont été créés pour soigner les patients atteints du coronavirus. Parmi les premiers, l’Ayre Gran Colón, l’Auditorium Marriot, le Miguel Ángel et ceux de la chaîne Room Mate appartenant à l’homme d’affaires Kike Sarasola. Mais il y en a beaucoup d’autres et il est temps de rendre la pareille et de montrer notre solidarité.

Profitez à nouveau des Relais et Châteaux. Ce réseau unique d’hébergement qui offre non seulement le confort mais aussi, en général, des espaces uniques au sein de monuments emblématiques qu’il faut préserver et mettre à profit, a été l’un des premiers à fermer ses portes et à proposer ses chambres pour les soins de santé. Nous devons retourner chez eux et profiter de leur environnement et de leur magnifique service.

Recherchez des destinations vierges. Bien que cette pandémie ait touché presque tout le monde, il existe des endroits qui ont été épargnés, comme les îles espagnoles de Tabarca, en face d’Alicante ou de Graciosa aux Canaries, ou l’île portugaise de Corvo, la plus occidentale des Açores. Il y a aussi, par exemple, la ville forteresse et l’une des plus belles d’Espagne, Zahara de la Sierra (Cadix). Il y en a sûrement d’autres dans cette Espagne vide ou déserte. Bien sûr, ces lieux ont été épargnés par le virus en étant isolés et il n’est pas question maintenant de les remplir de touristes. Vous devez leur rendre visite, mais calmement.

italie veniseRetournez goûter à l’Italie. C’est le pays européen, avec l’Espagne, qui a le plus souffert de l’épidémie et qui devrait être l’un des premiers pays où les touristes reviennent. Certaines de ses plus belles villes, telles que Venise, Milan et Turin, toutes situées dans le nord du pays, ont le plus souffert et il est normal qu’elles soient les premières à s’en remettre.

Et le reste de l’Europe aussi. Logiquement, et en raison de leur proximité avec d’autres pays européens, ils seront les premiers à recevoir des touristes espagnols. Certains ont subi le Covid-19 à la première personne, comme la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique et la Hollande, avec des milliers de morts chacun. D’autres ont eu plus de chance, comme la Suisse, l’Autriche, le Portugal, les pays nordiques, la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie ou la Grèce. Tous deux méritent la visite des voyageurs, ils aideront également le tourisme en Espagne à se rétablir le plus rapidement possible. Voir dans ce lien de l’Université Johns Hopkins la mise à jour des cas dans tous les pays.

Le reste du monde. À l’exception des États-Unis, de la Chine et de l’Iran, la pandémie semble être présente dans le reste du monde, mais avec moins d’intensité. Cependant, ils ont également été les derniers à être infectés, les systèmes de santé ne sont pas aussi bons et le problème peut durer plus longtemps. Ils devraient être laissés pour plus tard.

chine tourismeEt, bien sûr, la Chine. Il est vrai qu’elle est à l’origine du problème, mais c’est aussi de là que viennent certaines des solutions, avec sa production massive de masques, de respirateurs et d’autres éléments qui contribuent à recouvrer la santé. C’est également là qu’ils semblent être les plus avancés dans la recherche de remèdes et de vaccins. La Chine est le seul pays qui commence à vivre une vie presque normale après l’épidémie, le taux d’occupation des hôtels augmente et il n’y a pas de nouveaux cas, ce qui est bon signe. Rappelons que 1,4 milliard de personnes y vivent, que sa superficie est 20 fois supérieure à celle de l’Espagne et qu’il y a cinq fois plus de décès dans notre pays qu’en Chine.