Automobiles : obtenir le certificat de conformité européen

Automobiles : obtenir le certificat de conformité européen 1Le terme de certificat de conformité peut s’appliquer à toutes sortes de produits dans une multitude de secteurs économiques. Toutefois lorsque l’on parle de certificat de conformité européen, il s’agit de la conformité d’un véhicule aux règles et normes de sécurité européennes. Afin d’uniformiser la règlementation en matière de circulation des véhicules à moteur, l’union européenne a ainsi obligé les constructeurs à doter chaque véhicule sorti d’usine de ce précieux sésame qui lui permet d’être immatriculé et de rouler.

Champs d’application du certificat de conformité européen

Afin de faciliter les échanges intracommunautaires et de simplifier les démarches administratives, l’Union Européenne a ainsi mis en place une directive qui rend le certificat de conformité d’un véhicule, valable dans l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne.

Attention cependant, le certificat de conformité européen ne concerne que les véhicules de moins de 3,5 tonnes et appartenant aux catégories L, M, M1, N et O. Il s’agit donc des voitures, motos, side-car, remorques, camions et camionnettes pouvant pour ces dernières transporter des marchandises.

Il ne s’applique pas en revanche aux véhicules pouvant accueillir plus de 9 personnes, y compris le chauffeur dont la fabrication est postérieure au 1er janvier 1996. Sont donc exclus de cette réglementation, les autocars et autobus.

Ce certificat est obligatoire pour présenter une demande de carte grise auprès d’une préfecture pour tout véhicule neuf, acheté à l’étranger dans l’union européenne ou corriger une erreur sur la carte grise. Il est donc indispensable de le demander à son vendeur, surtout lorsque le véhicule est en plaque étrangère.

Mais n’ayez crainte il est désormais possible d’obtenir sur internet le certificat de conformité européen dans l’éventualité où votre vendeur ne vous le remet pas. Il s’agit d’une démarche simple et rapide dont le coût oscille en fonction de la marque. Il faut compter entre 120 € et 280 € et le délai de réception varie aussi d’une marque à une autre.

Les informations mentionnées sur le certificat de conformité européen

S’agissant d’un document normalisé et unifié dans toute l’union européenne, chaque certificat de conformité doit être établi selon le même modèle et contenir toujours les mêmes informations techniques sur le véhicule pour lequel il a été établi.

Outre le nom de la marque et sa date d’émission, il doit mentionner la conformité du véhicule aux normes de son pays d’origine. Il contient en outre le numéro d’immatriculation du véhicule, le numéro de réception communautaire et d’autres caractéristiques techniques telles que le numéro du châssis du véhicule, le modèle et la variante, le taux d’émission de CO2, sa couleur principale, son nombre de places, sa puissance et son poids. Il est également important de souligner que le certificat de conformité européen n’est valable que s’il a été émis avant ou concomitamment au certificat de vente ou première mise en circulation du véhicule.

Pour vérifier l’authenticité d’un certificat de conformité, vous pouvez constater qu’il mentionne au paragraphe II un type dans la série qui doit être identique à celui gravé sur la plaque constructeur du véhicule.

 

Quelques conseils du bon végan

Quelques conseils du bon végan 2Une alimentation végane ne comprend que des aliments d’origine végétale. Cela exclut ainsi la viande, le poisson, les produits laitiers ainsi que le lait.

Et s’il est facile de faire ses propres préparations à la maison, cela peut devenir très compliqué en voyage. Nous allons ainsi voir dans cet article les trois meilleurs conseils pour pouvoir voyager sans difficulté en étant végan.

1 – S’aider des traducteurs

Le premier conseil est d’utiliser les traducteurs pour pouvoir traduire les phrases dont vous aurez besoin sur place. Vous pouvez ainsi utiliser le Veggie Pass, qui est une application qui fonctionne hors ligne et qui permet de traduire de nombreuses phrases très utiles pour les végans dans de nombreuses langues. L’application utilise des images de fruits et des légumes ou encore des images d’animaux avec le signe interdit pour faire comprendre aux restaurants étrangers que vous êtes végan.

Vous pouvez également utiliser Google Translate, qui est très facile d’utilisation et qui vous permet de traduire n’importe quelle phrase dans la langue que vous souhaitez. À noter que Google Translate ne fonctionne uniquement en ligne. Il faut donc soit le wifi ou une connexion internet. Cela est facile en Europe avec le réseau européen actuel, mais dans d’autres continents, cela peut s’avérer plus compliqué.

Le plus simple est de préparer vos phrases de traduction à l’avance, dans la langue du pays où vous vous rendez. Vous pouvez déjà traduire « Je ne mange pas de viande » ou encore « Je suis végan » et cela vous sera très utile lors de votre voyage.

2 – Utiliser Happy Cow

La deuxième astuce est d’utiliser un site très connu qui est l’équivalent de Tripadvisor mais pour les végans. Le site s’appelle Happy Cow.

Il regroupe tous les restaurants végans du monde entier. L’avantage est qu’il donne absolument toutes les informations sur chaque restaurant. Cela commence par tous les commentaires des anciens voyageurs ayant apprécié ou moins apprécié le restaurant, mais aussi l’adresse, les prix ou encore la localisation sur la carte.

Vous pourrez ainsi savoir quels sont les restaurants bien notés près de votre location lorsque vous serez en voyage. Ce site est très bien fait et très facile d’utilisation. Une seule limite : ce site est en anglais.

3 – Faire ses propres préparations

Le troisième conseil est de préparer vous-même votre nourriture. Il est certes très excitant de découvrir nouvelle gastronomie quand on se rend dans un nouveau pays, mais il est tout à fait possible de préparer soi-même ses repas.

Cela devient même plus pratique si vous faites de la randonnée ou si vous passez une journée entière à la plage. En outre, cela est très économique car en achetant vos aliments supermarché, cela revient moins cher que de manger au restaurant.

Surtout, cela permet de savoir ce que vous mangez et de choisir vos ingrédients. Cela est particulièrement intéressant si vous êtes végan et que vous choisissez de ne mettre que des aliments d’origine végétale dans votre assiette. Il vous suffit ensuite d’utiliser un Tupperware pour pouvoir emmener vos préparations en voyage.

Vous avez maintenant bien souvent accès à une cuisine à l’étranger, comme c’est le cas avec Airbnb. Cela vous permet la veille au soir voire le matin de cuisiner vos plats et de les emmener où que vous soyez plus tard dans la journée.

Vous pouvez ainsi acheter des produits végétaux riches en nutriments dans le supermarché le plus proche de votre location et vous tourner vers du tofu, du seitan ou encore des fruits à coque qui sont riches en bienfaits nutritionnels et facile à intégrer aux recettes véganes.

À noter que de plus en plus d’endroits proposent des plats végans ce qui vous aidera à respecter votre régime alimentaire. C’est notamment le cas dans les avions où il est très compliqué d’emmener ses repas préparés à l’avance, mais il y a très souvent une option végétarienne ou végan afin que vous puissiez manger un repas équilibré sans viande ni poisson ni aucun produit d’origine animale.

Rédiger soigneusement une mémoire technique pour répondre à un appel d’offres

Rédiger soigneusement une mémoire technique pour répondre à un appel d’offres 3Le maître d’ouvrage public peut analyser une offre grâce à la lecture d’un mémoire technique. Et normalement, c’est au candidat qui propose l’offre la plus avantageuse économiquement qu’il va attribuer le marché public. Ce qui explique que le mémoire technique est un document essentiel qui doit être rédigé avec attention pour répondre à un appel d’offres.

De plus, il sert en même temps à séduire, à convaincre et à faire la différence par rapports aux autres entreprises concurrentes. Cependant, ce qui est intéressant est de savoir quels sont les principes de l’appel d’offres ? Et comment rédiger un bon mémoire technique ?

Les principes de l’appel d’offres

Il existe certaines règles qu’il faut respecter en matière d’appel d’offres dans le marché public. Tout d’abord, il s’agit d’une procédure qui permet à un acheteur public de présenter son marché afin de connaître les différentes entreprises qui y sont intéressées. Par conséquent, l’appel d’offre s’ouvre à toutes les entités qui ont la capacité d’exécuter les prestations demandées, sans qu’il y ait de discrimination.

Ensuite, le commanditaire ou le pouvoir adjudicateur ne doit pas mentionner des marques ou des brevets précis dans leur publication car cela peut décourager certaines entités. Ce qu’il faut faire au contraire c’est de témoigner une égalité de traitement envers toutes les entreprises candidates afin de pouvoir donner une chance à chacune d’elles de gagner le marché.

L’autre principe qu’il faut honorer également est le principe de la transparence dans les marchés publics. Ce principe exige que les entreprises qui n’ont pas été retenues aient le droit de savoir les raisons du rejet de leur candidature tout comme elles doivent savoir les qualités de l’attributaire.

La réponse à l’appel d’offre

Si tels sont donc les principales conditions de l’appel d’offres, il y a lieu de souligner que le seul moyen de bien répondre à un appel d’offres est de réaliser une rédaction mémoire technique intéressante.

En effet, le mémoire technique représente 40% à 60% de la note finale. Il contient tous les renseignements et argumentations nécessaires pour appuyer une offre et aussi pour donner une réponse claire aux exigences du commanditaire.

Parmi les informations qui doivent obligatoirement figurées dans un mémoire technique, il y a lieu d’invoquer par exemple : la présentation de l’entreprise et de ses activités ; les moyens humains et matériels affectés aux travaux ; les fiches techniques des produits ; les mesures prises pour la protection de l’environnement et pour la sécurité ; le déroulement de la prestation ; les avantages de l’offre ; et enfin tous les documents annexes.

Quelques astuces pour la rédaction d’un mémoire technique

L’idéal est donc de penser à personnaliser le mémoire technique en créant un tout nouveau document pour chaque appel d’offres sans copier un modèle déjà existant. Et il ne faut pas hésiter de bien soigner la rédaction et d’utiliser des mots convaincants pour impressionner l’acheteur public.

D’ailleurs, le fait de rédiger un bon mémoire technique qui se présente bien, tant sur le fond que sur la forme, permet de favoriser la lecture et d’inciter le lecteur à le lire jusqu’à la fin.

Pour terminer, la dernière astuce qui peut être suggérée est d’éviter de faire des répétitions d’argumentations car celles-ci peuvent réellement ennuyer le lecteur et peuvent avoir de mauvais impacts sur la note finale.