Trois musées à visiter pendant un séjour à Houston

À Houston, grande métropole de l’État du Texas, il y a une centaine de musées qui sont pour la plupart richement dotés et reconnus internationalement. Si vous n’avez pas encore établi la liste de vos activités à Houston, voici trois musées parmi les plus impressionnants que vous devriez visiter. Ils vous permettront de faire de superbes découvertes.

Le Art Car Museum

L’Art Car Museum est un petit musée privé d’art moderne qui a ouvert ses portes en 1998. L’endroit ressemble plus à un garage qu’à une véritable galerie. C’est pour cette raison qu’on le surnomme aussi « Garage Mahal ». Il met l’accent sur l’art automobile, les beaux-arts et des artistes locaux, nationaux et internationaux. En tout cas, c’est l’un des musées recommandés aux voyageurs qui prévoient de partir aux États-Unis et de séjourner à Houston.

Vu que le musée est assez petit, sa petite collection est sans cesse renouvelée et comporte des expositions étonnantes. Le musée contient et contenait par exemple un mini-tracteur monté d’une baignoire, et une voiture camouflée sous une peluche géante. Il y a aussi une voiture-sirène parée de coquillages, un van habillé de grosses marguerites, ou encore une voiture avec une tête de buffle sur le capot.

Le Health Museum

Le Health Museum est également un musée que vous allez apprécier. Depuis son ouverture en 1996, cet endroit a impressionné des millions de visiteurs de tous âges. Le musée est régulièrement rempli d’enfants grâce aux expositions interactives, ainsi qu’aux activités à la fois éducatives et amusantes, basées sur la santé physique, mentale et spirituelle, ainsi que les sciences médicales.

Vous pourrez par exemple voir les organes internes et le squelette du corps humain en action, en tant qu’œuvre d’art plus grande que nature. Vous pourrez également regarder les vôtres en temps réel sur un scanner corporel. À part cela, ne manquez pas d’étudier les cancers, les arrêts du cœur et autres, de jouer à des jeux de mémoire dans un cerveau et de participer aux expériences authentiques de biologie cellulaire.

Le Space Center Houston

Ouvert en 1992, le Space Center Houston est un centre qui tourne autour du monde de l’astronautique, de l’exploration spatiale et des grands projets pour l’avenir. C’est la partie du NASA’s Lyndon B. Johnson Space Center (JSC) qui est ouverte au public. À titre de rappel, la NASA (National Aeronautics and Space Administration) est une agence gouvernementale américaine chargée des sciences, technologies, programmes et missions qui concernent les activités spatiales humaines aux USA.

Dans la partie ouverte aux visiteurs, vous pourrez par exemple admirer des expositions interactives au Starship Gallery Artifact Museum. En ce lieu, il est possible de toucher des pierres lunaires, mais avec des gants. Vous pourrez aussi participer à des simulations, mais aussi découvrir des capsules et combinaisons spatiales, la version entraînement du véhicule d’exploration spatiale Lunar Rover, la réplique de la navette spatiale « Independence » et son avion de transport, la fusée à étages Saturn V et bien d’autres choses. En outre, il est possible d’entrer dans les salles dédiées au cinéma documentaire et les salles d’entraînement.

Partir à Cuba : les périodes à privilégier

Cuba est un pays insulaire bénéficiant d’un climat subtropical. On peut y distinguer deux grandes saisons à Cuba qui sont notamment la période sèche (haute saison touristique) entre novembre et avril et la période humide (basse saison) qui s’étend de mi-mai à octobre. Mais alors, quelle est la meilleure période si on a en tête de partir à Cuba ? Généralement, pour profiter pleinement de votre voyage, il est recommandé de partir pendant la période sèche.

Les mois de décembre, janvier et février sont agréables profiter du beau temps

Si on se réfère à la meilleure période climatique, décembre et janvier (dans la période sèche) font partie des mois qui conviennent pour organiser un voyage à Cuba. Le climat est vraiment favorable durant ces mois. En décembre, les températures sont un peu fraîches le matin (17-18 °C environ), mais elles restent clémentes l’après-midi, car elles oscillent entre 22 et 25 °C. En plus, les jours d’ensoleillement sont garantis.

Quant à janvier, le climat est le même. C’est donc parfait pour fêter Noël et la nouvelle année au soleil. Bien évidemment, l’affluence touristique de Cuba et les prix seront élevés durant cette période. Au mois de février, le climat est aussi agréable avec moins de fréquentations et des prix réduits. Si vous voyagez avec un petit budget, il est alors avantageux d’y aller au cours de ce mois. Les températures sont très supportables avec des moyennes maximales s’élevant à 26 °C et 27 °C.

En tout cas, ces périodes sont l’occasion idéale pour permettre aux voyageurs de profiter du farniente sur les belles plages et de la plongée, de déambuler entre les rues, d’admirer les vieilles bâtisses coloniales, de partir à la découverte de la faune et de la flore, ou encore de faire un tour à bord d’une voiture américaine ancienne.

Opter pour la période de mars à avril pour découvrir Cuba en toute tranquillité

Toujours d’un point de vue météorologique, mars et avril sont aussi à privilégier pendant la saison sèche. À ce moment-là, les températures sont idéales, pas trop chaudes et avec un ciel toujours bleu. Il fait environ 20-21 °C de moyenne le matin et 28-29 °C l’après-midi. Le risque de précipitations est rare, les risques cycloniques sont (quasi) nuls et il n’y a pas foule de voyageurs.

Ainsi, vous pourrez tranquillement découvrir l’île dans toute son authenticité, en combinant les visites culturelles, la découverte des paysages cubains et les séjours de détente en bord de plage. Toutefois, les vacances de Pâques bondées en avril sont à éviter : le budget de voyage risque de coûter plus cher, il y a plus de monde et il est parfois nécessaire de réserver son voyage (vol, hôtel, activités) à l’avance.

Vous savez maintenant tout sur les meilleures périodes à choisir pour partir à Cuba. À vous de planifier votre voyage. D’une manière générale, les mois de décembre à avril semblent être l’équilibre parfait. Il n’y a pas de risques de pluies violentes et intenses, d’ouragan et de tempêtes tropicales comme pendant la saison humide.

Peut-on bronzer sans danger grâce aux vitres de la voiture ?

En cette période estivale et de départs en vacances, les vitres de votre véhicule vous protègent-elles des rayons ultraviolets ? Plus largement, peut-on bronzer derrière une vitre ? Une question de saison qui permet de découvrir les effets des rayons ultraviolets émis par le soleil.

Le soleil émet différents types de rayons ultraviolets (UV)

Ces rayonnements électromagnétiques sont diffusés partout dans l’espace à la suite de réactions thermonucléaires. On peut distinguer trois types d’UV qui traduisent les différences d’absorption et de transmission de ces rayonnements. Les UVC sont les plus agressifs, mais heureusement la couche d’ozone et l’atmosphère les absorbent totalement. Ils n’atteignent pas le sol terrestre. Les UVB représentent 5 % des rayons ultraviolets qui parviennent jusqu’à la surface. Ils sont la principale cause de l’érythème solaire (les coups de soleil), du vieillissement et du cancer de la peau. Ils peuvent également altérer le système immunitaire. Ce sont eux qui sont particulièrement dangereux en milieux de journée. Enfin, les UVA, qui représentent 95 % des UV qui nous atteignent, sont ceux qui provoquent le bronzage. Ils ne sont pas inoffensifs pour autant, car ils sont très pénétrants. Ils peuvent endommager l’épiderme et participe à l’apparition du cancer de la peau et de la cataracte. Les crèmes solaires sont conçues pour nous protéger à la fois des UVA et des UVB.

Les UVs ne sont pas tous égaux face à une vitre

Composées d’oxydes variés (plomb, sodium, calcium), les vitres ne bloquent pas tous les rayons ultraviolets de la même manière. Sans un traitement anti-UV, la vitre laisse passer les UVA dont la longueur d’onde est plus importante (plus de 300 nanomètres) que les UVB, qui eux sont bloqués. Derrière une vitre, une exposition prolongée au soleil n’est donc pas recommandée, car la protection n’est pas totale. Il est alors possible d’obtenir un teint légèrement hâlé et même d’attraper un petit coup de soleil pour les peaux les plus sensibles.

Attention aux vitres des voitures

Il peut exister une différence importante de filtration des UV entre le pare-brise et les vitres latérales des véhicules. Selon une étude américaine de 2016, parue dans JAMA Ophtalmology, en moyenne, 96 % des UVA étaient bloqués par le pare-brise alors que les vitres latérales n’en bloquaient que 71 %. 29 modèles de 15 marques distinctes ont fait l’objet de mesures pour obtenir ces résultats. Les auteurs de l’étude expliquent que la différence est due au procédé de fabrication des vitres. Alors, que le pare-brise est constitué de verre feuilleté, soit une feuille de plastique appelée PVB (Polyvinyle Butyral) insérée entre deux plaques de verre, les vitres latérales sont, quant à elles, uniquement en verre trempé. Le facteur de protection des vitres latérales est donc moins important.

Il faut donc se protéger du soleil, même derrière une vitre. C’est particulièrement vrai quand on a prévu un long voyage en voiture alors que le soleil chauffe fort. Il vaut mieux, également, porter des lunettes de soleil, même pour les passagers situés à l’arrière du véhicule, notamment les enfants. Une étude récente a montré qu’avant l’âge de 1 an, 60 % des rayons UVB et 90 % des UVA atteignent la rétine de l’enfant. Une exposition trop forte à ces rayons peut causer des dommages irréversibles pour la vue.

Regardez ce reportage réalisé par la chaîne YouTube Le Monde de Jamy « Les effets invisibles du soleil sur notre peau : comment bien s’en protéger ? » qui fournit de nombreuses informations complémentaires sur le rôle du soleil sur notre peau: